Accueil

La loi est à nous . La résistance est notre citoyenneté

Pourquoi nous réapproprier nos droits ?

Parce que nous estimons que le socle constitutionnel n’est plus respecté par une république qui usurpe de fait son nom.

Sommes-nous encore en démocratie ?

Des symptômes peuvent nous en faire douter : une loi renseignement liberticide qui passe sans coup férir, la dissymétrie du traitement médiatique de la déchirure d’une chemise de DRH face à la déchirure des vies de ceux qui vont perdre leur emploi, une santé à deux vitesses, un traité transatlantique qui s’organise sans débat public sur ses effets, une violence non retenue à Sivens, une reprise des travaux sans nécessité à Notre-Dame des Landes, l’affirmation du caractère sacro-saint de la dette et notre complicité d’État à la destruction du peuple grec, l’impossible coordination entre les mouvements de solidarité à l’égard des réfugiés et l’intervention de l’État, la destruction implacable d’espace de culture que sont les théâtres sur tout le territoire…

Et surtout, la faiblesse de nos espaces délibératifs, la faiblesse de nos moyens classiques et démocratiques de défenses, syndicats, associations, représentations multiples, la faiblesse des moyens qui s’inventent et qui ne réussissent pas à infléchir la prise de pouvoir des instances qui ne dépendent plus du tout du contrôle démocratique: institutions bancaires et financières, gouvernance par des troïkas dénuées de toute légalité, aréopage d’experts autoproclamés..

Pourtant notre sentiment d’impuissance pourrait bien n’être qu’une cécité entretenue sur l’usage politique que nous avons la responsabilité de faire de nos droits depuis la déclaration de 1789, celle de 1946 et la charte sur l’environnement de 2004, toutes trois faisant partie de notre bloc constitutionnel.

A quoi servent ces trois textes ?

A comparer les actes du pouvoir législatif, et du pouvoir exécutif, avec ces droits, qui sont nos droits opposables.

Permettre aux réclamations des citoyens, fondées sur des principes simples et incontestables, de tourner toujours au maintien de la démocratie et de la justice.

Faisons-le !

Comparons et agissons, fabriquons les institutions qui feront entendre cette intelligence politique arc-boutée à nos droits.

 

La résistance fonde notre citoyenneté.